1.      Introduction

2.      Idées fausses

3.      Comment reconnaître l’enfant victime

4.      L’inceste
       a.      Les facteurs
       b.      Les types familiaux
       C.  Les questions que l'on se pose

Retour à l'accueil

 

5.      L’abuseur

6.      Éléments de profilage

7.      Défenses et réactions des pédophiles

 

 INTRODUCTION

L’abus sexuel est l’exploitation sexuelle d’un enfant, qui en raison de son âge, est incapable de comprendre la réelle portée d’un contact et d’y opposer une résistance efficace. Cette exploitation sexuelle implique dans 90 % des cas une victime qui est psychologiquement dépendante de son agresseur.

IDÉES FAUSSES :

      ·         La rareté : une fille sur 8 et un garçon sur 10 sont victimes d’abus sexuels avant d’avoir atteint leur majorité
·         La jeunesse de la victime : même si les victimes sont de tous âges, la majorité a entre 4 à 11 ans et 22% d’entre eux a moins de 6 ans
·         L’agresseur serait un inconnu : dans 60% des cas, la victime connaît son agresseur, que ce soit un parent, un ami de la famille ou un voisin. Seulement 3% des agressions sont commises par des femmes.
·         L’agression serait brutale : en général, elle ne comporte aucune violence physique. L’agresseur utilise plus la persuasion, les menaces ou la corruption.
·         Ce serait un incident isolé : dans 4 cas sur 10, l’enfant est victime d’agressions répétées. Comme l’agresseur le convainc la plupart du temps de garder le silence sur leur relation, cet état de fait  peut continuer jusqu’à l’adolescence.
·         L’agression se produirait à l’extérieur : elle a très souvent lieu dans un environnement familier à l’enfant, dans sa propre maison ou dans celle d’un parent ou d’un ami de la famille.
·         L’affabulation : elle est extrêmement rare chez les jeunes enfants, ils savent qu’en mentant, ils s’attireraient plus d’ennuis que d’aide. Quand il ment, c’est au contraire pour se sortir des ennuis, pas pour s’y plonger.

 

L’ENFANT VICTIME , COMMENT LE RECONNAÎTRE :

 

L’enfant n’est pas toujours capable de dire ce qu'il vit ou a vécu. Mais certains changements de comportement peuvent mettre un adulte attentif sur la piste de la maltraitance.

· Il peut accepter à contrecœur de se rendre chez quelqu’un ou de côtoyer une personne en particulier
· Il peut porter un intérêt soudain aux parties génitales des gens ou des animaux (questions, dessins, envie de donner des baisers, etc.…)
· Il peut être atteint d’une maladie vénérienne
·Alors que jusque là tout allait bien, il peut avoir un sommeil agité, faire des cauchemars, mouiller son lit,   avoir peur de dormir seul ou encore sans lumière.
· Il peut rechercher la solitude et fuir le contact d’autrui
· Il peut refuser de se dévêtir en public alors que tout le monde le fait (piscine, vestiaire sportif, etc.…). Il    peut avoir peur des salles de bains, des douches, des portes fermées. Il peut développer certaines phobies, demandant ainsi plus à être rassuré qu’auparavant.
· Il peut perdre tout à coup l’appétit ou au contraire devenir boulimique.
· Il peut hésiter à revenir à la maison après l’école ou s’enfuir fréquemment du foyer.

Tous ces comportement démontrent une perturbation chez l’enfant. Celle-ci n’a pas forcément la maltraitance pour cause. Il convient cependant d’être prudent : seule la combinaison de ces comportements, leur fréquence et leur durée peuvent avoir une signification quelconque.

 

L’inceste (facteurs et systèmes)
1.    les facteurs :
bullet

la vulnérabilité particulière de certains enfants.

bullet

l’absence de la mère dans l’éducation à cause de maladies maternelles ou mentales, toxicomanie

bullet

père ou mère violenté dans son enfance

bullet

un père frustré dans sa sexualité avec souvent un comportement immature

bullet

les motivations du mariage (désir de la mère de prendre de la distance par rapport à sa propre famille).

2.      différents types de systèmes :  (non exhaustif)
Le père est dominateur :
La mère est faible et dépendante de son mari, pécuniairement ou autre. Le père s’adresse indifféremment à sa femme ou à l’enfant. Il agit en despote jouisseur. Ce sont des familles relativement opaques au monde social.
La mère est forte :
Elle refuse les relations sexuelles avec son mari. Le père s’adresse à l’enfant, l’inceste permet d’éviter le conflit.
Les frontières intergénérationnelles sont inconsistantes
Le père et la fille jouent le rôle des parents, la mère est en situation d’enfant. Elle peut très bien s’y complaire.

Les trois partenaires sont sur le même plan :
L’enfant est sacrifié pour éviter le conflit et éviter la séparation du couple. Il est institué gardien de la cellule familiale et en porte la responsabilité.
3.      Les questions que l'on se pose :

      Le monde du silence : 
L’abuseur développe des stratégies et utilise la crédulité des adultes. Il s’arrange pour organiser sa vie autour des enfants, c’est la raison pour laquelle on retrouve nombre d’agresseurs d’enfants dans tout ce qui touche à l’enfance.

Savoir brancher le décodeur :
Un enfant essaye toujours de raconter sa souffrance, mais on ne sait pas l’écouter. Quand il dit « JE N’AIME PAS M. UNTEL », si on lui répond « POURTANT, IL NE T’A RIEN FAIT », symboliquement l’enfant comprend que ses parents ne l’entendent pas. Si l’adulte décide pour l’enfant ce qui est important et ce qui ne l’est pas, il lui supprime toute demande d’aide, car l’enfant s’imagine alors que l’adulte ne l’entend pas .

Pourquoi le décodeur ne fonctionne pas toujours : 
La faute nous en incombe quasiment tout le temps. Nous voudrions que tout aille toujours bien, nous pratiquons en général, la politique de l’autruche que nous transmettons aux enfants en leur disant des paroles du style « JE VOIS BIEN QUE TU MENS, TON NEZ S’ALLONGE ». L’enfant s’imagine alors que le parent est au courant et qu’il est d’accord. Il faut détecter ce genre d’histoires le plus tôt possible, car les menaces des agresseurs n’ont pas eu le temps d’être totalement intégrées.
                        UN ENFANT QUI PARLE ET NE DÉCLENCHE RIEN, SE RENFERME

 

L’ABUSEUR

La pédophilie est une perversion sexuelle dans laquelle l’enfant est l’objet sexuel préféré. Nous pouvons trouver deux grandes catégories de pédophiles : les situationnels et les préférentiels.

·         Typologie des situationnels :
o        de type réprimé : il a une pauvre image de lui, il s’attaque aux personnes vulnérables, il a des difficultés à avoir un partenaire durable, le déclencheur est un stress particulier, la disponibilité est un critère de choix, il utilise souvent la contrainte.
o        sans discrimination morale : il a fait de l’abus un mode de vie (mensonge, tricherie), il est opportuniste (pulsion + enfant = action), il use de la contrainte, ses victimes sont plus souvent étrangères et il collectionne les objets pornographiques. C’est un impulsif.
o        Sans discrimination sexuelle : il essaie tout ce qui touche au sexe, il collectionne ses victimes et possède une collection porno variée, les pratiques SM sont possibles.
o        Inadéquat : un sentiment d’insécurité et la curiosité le pousse vers les enfants.

·         Typologie des préférentiels :
o        Sa préférence sexuelle va aux enfants, son comportement sexuel est prévisible (possibilité de rituels), le potentiel de victimes est plus important que pour les situationnels.
o        La problématique est la nature du plaisir (enfants) et la quantité (besoin répété, fréquent). Ils vivent le plus souvent dans des milieux aisés et préfèrent les garçons.
o        3 comportements possibles : séducteur, introverti ou sadique.

ü      SÉDUCTEUR : séduit avec affection et cadeaux, agit sur une période longue en abaissant graduellement les inhibitions (il n’a aucun problème pour obtenir le consentement), travaille souvent avec des groupes d’enfants, il a une bonne capacité à s’identifier aux enfants, il use de son autorité naturelle ou de fonction, ses victimes ont des carences affectives (il les rejette quand elles grandissent et il peut utiliser la menace ou la violence pour empêcher la révélation du secret).
ü      INTROVERTI : il manque de capacité de communication pour séduire (il est proche du situationnel inadéquat), ses rencontres sexuelles sont brèves, il peut épouser une femme ayant déjà des enfants et il a en général recours à la prostitution enfantine.
ü      SADIQUE : il impose la souffrance physique et psychologique, il use de ruse ou de force (ses plus grandes probabilités sont l’enlèvement ou le meurtre). Il a été noté certains cas où des pédophiles séducteurs sont devenus sadiques.

ÉLÉMENTS DE PROFILAGE (détermination du profil d'un individu en fonction de ses actes)

(cours de psychologie appliquée, A/C JOBIN, CNFPJ Gie)

Certains indicateurs ne sont pas significatifs en eux-mêmes, c’est leur convergence qui est importante.

·         Comportement persistant à long terme :
o        Beaucoup d’auteurs ont été victimes d’abus
o        Contacts sociaux limités à l’adolescence
o        Séparation prématurée d’un milieu professionnel
o        Déménagements imprévus et fréquents
o        Victimes multiples

·         Enfants comme objets sexuels préférés :
o        Plus de 25 ans et vivant seul (ou chez ses parents)
o        Rapports limités dans le temps avec les femmes
o        Si marié, a des rapports spéciaux avec le conjoint : épouse souvent une femme qui a peu d’attentes        sexuelles
o        Intérêt excessif pour les enfants
o        Son entourage, ses amis sont anormalement jeunes
o        Ses rapports sont limités avec les autres
o        Préfère fréquenter d’autres pédophiles
o        A des préférences de genre et d’âge
o        Il idéalise les enfants (pureté, innocence) et en parle comme d’objets

·         Techniques pour obtenir ses victimes :
o        Il est doué pour identifier des victimes vulnérables
o        Il s’identifie mieux aux enfants qu’aux adultes
o        Il pratique nombre d’activités seul avec des enfants
o        Il est séducteur, affectueux, généreux
o        Il est manipulateur
o        Il a ses méthodes d’accès aux enfants et pratique des loisirs qui les attirent
o        Il montre du matériel sexuellement explicite aux enfants

·         Ses fantaisies sont portées sur les enfants:
o        Décoration de la maison, salle de jeux
o        Photos d’enfants
o        Collection pornographique

 

DÉFENSES ET RÉACTIONS DES PÉDOPHILES

·         Dénégation :
o        Air choqué, surpris, indigné
o        Ne se rappelle pas
o        Il est soutenu par son entourage
o        Il peut admettre un comportement mis nie l’intention de satisfaction sexuelle

·         Minimisation :
o        En quantité et (ou) en qualité
o        Les victimes elles-mêmes peuvent minimiser, même nier certains actes (surtout les garçons adolescents)

·         Justification :
o        Les préférentiels essaient eux-mêmes de se convaincre que leur comportement n’est pas immoral ni criminel
o        Il prétexte son éducation sexuelle
o        Il dit ignorer l’âge de la victime
o        Il dit avoir été séduit par la victime
o        Il prétexte une recherche sur la pédophilie, la prostitution ou l’homosexualité

·         Sympathie :
o        Il montre des regrets
o        Il est dévoué à la communauté
o        Il est victime de problèmes personnels

 ·         Attaque :
Il est capable de harceler les victimes, corrompre, menacer les témoins
Il peut attaquer la réputation de l’enquêteur
Il est capable de violence physique suivant sa morphologie

 ·         Dénonciation :
      o    Après sa condamnation, il peut balancer des activités, des réseaux mais ce sont souvent de
           mauvaises informations

·         Suicide :
o        S’il est de classe moyenne et n’a jamais été condamné, il existe un haut risque suicidaire.